08.06.2017, 18:00  

Egérie des parfums Rochas, l’actrice sédunoise Noémie Schmidt est «à croquer» dans le prestigieux magazine «Vanity Fair». Entretien

chargement
En janvier dernier, Noémie Schmidt avait remporté le Prix d’interprétation féminine aux Journées de Soleure pour son rôle de l'infirmière zurichoise Elisabeth Eidenbenz dans «La lumière de l’espoir»

 08.06.2017, 18:00   Egérie des parfums Rochas, l’actrice sédunoise Noémie Schmidt est «à croquer» dans le prestigieux magazine «Vanity Fair». Entretien

Showbiz - Egérie du nouveau parfum de la maison Rochas, la comédienne valaisanne Noémie Schmidt est en pleine page dans le numéro de juin de «Vanity Fair» France. Elle assure que cela ne change pas sa vie. «J’ai toujours des poils de chat dans mon lit», rigole-t-elle.

Elle tient une page dans un des monuments de la presse magazine, mais sa vie n’a pas changé pour autant et elle n’a pas de paparazzis à la porte de son appartement parisien. «Ça ne me fait rien, je vis toujours en colocation, j’ai toujours des poils de chat dans mon lit et je porte toujours des Doc Martens…», rigole la Valaisanne de 26 ans.

 

 

Basculé du côté «paillettes»? «Je ne l’espère pas»

Celle qui l’an dernier a donné la réplique à Dany Boon dans «Radin» et crevé le petit écran sur Canal Plus dans la série «Versailles» a-t-elle basculé du côté «paillettes» du métier? «Je ne l’espère pas. Le jour où ce sera le cas, je préférerai arrêter.»

Car pour l’heure, cette femme qui occupe toute la hauteur de la page 49 du dernier «Vanity Fair» France, ce n’est pas Noémie Schmidt. C’est un personnage, un de plus. Celui de Mademoiselle Rochas, printanière égérie du nouveau parfum – le premier en vingt-ans – de la fameuse maison basée à Paris. «C’est comme si ce n’était pas moi», analyse l’actrice valaisanne «naturalisée parisienne», jointe ce jeudi par téléphone dans le métro de la capitale française.

«Pas incompatible» avec ses valeurs

Dans ce court article de «Vanity Fair» , le journaliste Pierre Groppo ne tarit pas d’éloge sur la Sédunoise, révélée sur grand écran en 2015 dans «L’étudiante et Monsieur Henri», aux côtés de Claude Brasseur. «Grâce espiègle», «royale à l’écran, pétillante à la ville», «à croquer»: les compliments se font printaniers. «Ce côté joyeux, festif, c’est une facette de ma personnalité que j’aime défendre», concède l’intéressée.

 

 

Qui s’empresse de battre en brèche un paradoxe: oui, la publicité l’ennuie profondément et a priori faire de la promo pour un parfum est «contraire à (ses) valeurs». Mais pour la comédienne, la «pétillance», le «charme», l’«audace» véhiculés par Rochas lui sont apparus comme «pas du tout incompatibles avec l’humain».

Engagement humain et convictions féministes

Car l’humain est «au cœur de (ses) engagements», elle qui a reçu le Prix d’interprétation féminine aux Journées de Soleure pour son rôle dans «La lumière de l’espoir» - elle y interprétait Elisabeth Eidenbenz, infirmière et enseignante zurichoise qui a notamment sauvé des centaines d’enfants durant la deuxième Guerre Mondiale.

Plus récemment, elle s’était insurgée contre la décision de confier la présidence des Césars à Roman Polanski, choix qu’elle voyait comme «l’équivalent de cracher à la figure de toutes ces femmes abusées dans le monde».

>> A lire aussi: "La lumière de l'espoir", le film où brille Noémie Schmidt, débarque dans les salles valaisannes

Est-ce une entorse à ses convictions féministes que d’être l’égérie d’une marque de parfums? «Non», répond-elle, avançant deux arguments. Historique, d’abord: «Egérie était la conseillère d’un roi de la Rome antique connu pour ses idées novatrices.» Artistique, ensuite: le cachet payé par Rochas – on n’en connaîtra pas le montant –, elle l’a notamment utilisé pour produire un court-métrage, «Béton squelettique», qui narre la rencontre initiatique entre une jeune fille et un sans domicile fixe. «Cela permet de donner un sens à tout ça…»

Son actu

Son court métrage Elle a produit «Béton squelettique», histoire d’une rencontre entre une étudiante et un SDF. Le film, tourné à Paris, sera projeté en privé dans la capitale française le 24 juin, et en Valais à l’automne.

Son long-métrage Un projet «expérimental», pour l’heure sans titre, qu’elle porte depuis trois ans, actuellement en phase de post-production.

Son film sur le terrorisme Elle a terminé cette semaine le tournage du court-métrage «A ceux qui restent», «un manifeste sur le désir de vivre malgré la peur de la mort et de la menace terroriste».


Top