21.10.2019, 14:00

Triathlon: Joanna Ryter grimpe pour la première fois sur un podium professionnel

chargement
Un souci électronique sur son vélo n'a finalement pas trop pénalisé Joanna Ryter.

première La Neuchâteloise de Crans-Montana termine troisième d’un Ironman en Chine. Une première pour la membre du Triathlon-Club Valais chez les professionnels.

Joanna Ryter, une Neuchâteloise établie à Crans-Montana, était déjà la seule membre du Triathlon-Club Valais à avoir tenté le professionnalisme, en 2019. Elle est devenue, en Chine, lors d’un Ironman, la première à monter sur un podium professionnel. Troisième du Challenge Anhui, elle a bouclé son périple – 3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42 km de course à pied – dans l’excellent temps de 9 h 44. Elle confirme ainsi sa cinquième place obtenue en Italie, un mois plus tôt. «En termes de chrono, je n’ai pas battu mon record, 9 h 04 en Italie, dont moins de trois heures sur le marathon», explique-t-elle. «Mais le contexte entre les deux épreuves n’était pas le même. Par contre, j’aurais aimé concéder moins de retard sur la première (ndlr: 30 minutes). Quinze minutes, ça aurait été bien si j’avais pu courir le marathon dans les meilleures conditions. J’avais suffisamment de marge sur la quatrième (ndlr: 27 minutes) que j’ai dépassée après 30 km de vélo.»

Je dois encore progresser en natation pour me rapprocher des meilleures triathlètes.
Joanna Ryter, membre du Triathlon-Club Valais

 

Bien que la natation reste sa discipline faible, Joanna Ryter progresse toutefois dans cette discipline. En cyclisme, elle a été gênée par un souci électronique. «Mon compteur s’est arrêté après 55 km. Du coup, sans mon capteur de puissance, j’ai dû gérer la course au feeling, quelque chose de nouveau pour moi. En course à pied, enfin, nous avons souffert de la chaleur. Nombre d’athlètes ont d’ailleurs dû marcher. Ça n’a pas été mon cas mais je n’avais pas mon rythme habituel non plus. Je suis donc un peu déçue de ce dernier relais.»

Un gain de 55 minutes en une année

A 25 ans, la Valaisanne d’adoption a toutefois découvert de nouvelles sensations. «C’est vraiment sympa d’être douchée au champagne sur un podium professionnel», sourit-elle. «C’est très motivant pour la suite. Mentalement et physiquement, ce sont des courses très difficiles. Les émotions sont intenses. Grimper sur un podium, à la fin, c’est quelque chose d’incroyable. J’espère bien que ce n’était pas la dernière fois à ce niveau. J’ai beaucoup appris de cette première saison chez les professionnels. Si je veux continuer à viser les podiums, en 2020, je dois encore progresser, en natation tout particulièrement.»

Cette «perf» en Chine rejaillit bien évidemment sur le Triathlon-Club Valais. Joanna Ryter pourrait faire des émules. Elle est de toute façon une source d’inspiration pour les autres membres. «Entre 2018 et son Ironman en Italie, elle a progressé de 55 minutes», constate, admiratif, Vincent Rochat, membre du comité. «Il s’agit d’une grosse performance au niveau suisse et mondial. Joanna démontre à nous tous qu’avec du travail et de la persévérance, il est possible d’atteindre un certain niveau. Ses résultats sont encourageants pour nos membres et constituent une bonne publicité pour notre sport et le club.»

A lire aussi : Ironman: Joanna Ryter au pied du podium

A lire aussi : Triathlon: Joanna Ryter est championne du monde de sa catégorie


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top